fuck spams !

30 nov

No comment.


crew at work

21 nov

Le chantier de nettoyage de contenu est lancé. Enfin. Je ne cache pas qu’il va m’en coûter cher. Mais je finis par comprendre que c’est le prix à payer pour publier un site de qualité.

Donc, au programme, editing sévère et chromies multiples (heureusement, pas besoin de retouche).

Impossible d’obtenir des numérisations de qualité. Sans doute un défaut de compatibilité système avec snow léopard :(

Je n’avance pas d’échéance mais le chantier a démarré.

L’accès aux galeries reste libre.

more ever, ever more work

11 oct

arf. Décidément arf.

Pas facile de conjuguer plusieurs occupations contemporaines. J’ai vu – par hasard – que 5 des séries sont publiées dans un format… étriqué, sans raison.  :S

Cest du n’importe quoi.

On est d’accord : je vais devoir corriger ces aberrations asap.  Restez attentifs : il s’agit de > wonder wall, Alice, read Mary, bitch et Ttime.

Qqn pour m’aider ?

:p

+

keep it up

01 oct

Je poste 1 commentaire reçu par mail de la part d’une artiste peintre majeure de mes connaissances.

« Let it bitch :
J’aime l’ambiance de chaleur, de liberté, de légèreté, le lieu insolite, perdu au milieu de rien (avec la demoiselle à fond dans son concert, malgré cet isolement).
J’adore les 2 portraits. J’aurai enlevé la photo 4, qui pour moi ne dit rien de + que les autres. J’aime quand les ombres encadrent la jeune femme, soutiennent le décor (mieux que ombre = ligne à droite de l’image comme dans images 4 et 5).

Time :
MAGIQUE de bout en bout. Rien à dire tellement c’est beau. Idée géniale. Aucune photo n’est au dessous des autres. Toutes les poses sont canons, les couleurs et ambiances sont variées et superbes, on voyage et on rêve, on ne se lasse pas. BRAVO, très artistique! »

PS : no censure.

+

what else ?

29 août

On me demande régulièrement pourquoi je mets aussi souvent en scène des JF dénudées dans mes séries ?!….

Essai de réponse.

A une époque, fier de tenir en main une collection d’appareils photo pariculièrement onéreux dont je ne doutais pas, j’ai fait beaucoup de nus. Beaucoup. Trop sans doute.

J’étais un dieu ; je demandais, j’avais (merci les filles). Je vénérais cet état de fait ;  avec, c’est vrai, +/- de bonheur au résultat (pardon les filles).

Je ne regrette pas. Cette période a été un excellente école à tout point de vue (oups la parabole).

Je ne regrette rien mais je n’ai plus envie.

Pourtant. Pourtant.

J’ai appris à réfléchir au-delà de ces instants définitvement égoïstes et mensongers. Le nu pour le nu est d’une terrible exigeance : c’est, je pense, une véritable exégèse qui ne supporte pas l’à peu près.

Je ne suis pas absolument prêt à cet exercice, je pense, quoique l’envie soit assurément présente.

Alors pourquoi cette tendance présente – que je ne nie pas – sur muXe ?

J’ai récemment répondu à une amie à ce sujet. Question directe, réponse spontanée.

« Vois-tu, à mon âge, je pense gagner en sagesse et clairvoyance de la vie. Pouquoi renier, refuter la nature humaine qui n’a de cesse de nous révéler son évidence ?

Je ne suis finalement qu’un animal qui comprend et voit la vie comme de façon très …. animale. Une JF se doit de séduire. Et, en photo, je ne sais pas encore comment autrement qu’avec ses atouts de corps.

Un excellent portratiste me remettra en place sèchement. Sans doute.

Je mets en oeuvre mes seules ressources culturelles et intellectuelles. Mais je crois fondamentalement travailler avec bon goût et délicatesse. Avec finesse.

J’exprime et je respecte ; çà : oui.

Vous pensez autrement ?

Votre avis m’intéresse.

+

make it twice

20 août

Alors que je suis sur le point de mettre en ligne 2 nouvelles séries, je me rends compte que j’ai fait une erreur stupide depuis des semaines. Pourquoi m’être imposé de décider des recadrages « presse » à partir de sources initialement… carrées. Je ne sais pas pourquoi j’ai, en quelque sorte, renié mon addiction au si beau format carré. Trop d’images pâtissent finalement de cette contrainte. Et au bénéfice de quelle presse ? pffff

Je regrette et ai décidé de m’obliger à vous présenter les sources telles qu’elles devraient l’être finalement.

Encore du travail en vue ; mais je pense avoir à gagner en lecture.

+

Parce que je le vaux bien… oupa.

30 juil

Est-ce le fait du contexte économique peut-être paupérisant d’une partie aigrie (ou non) de notre société, de l’influence de la lecture d’une « shit press » d’adolescentes en fin de seuvrage, de l’assiduité à la lecture des posts – hautement subtils – des réseaux sociaux – mdr,  … ? Je ne sais pas. Mais prétendre à une « indemnisation » expressément indécente lors de la vente d’un tirage d’une photographie m’apparaît simplement grossier pour ne pas écrire grotesque. Surtout s’agissant de gens réputés instruits (au moins sur le C.V.).

Je n’oblige mes modèles à rien : les choses sont dites dès le début. Je ne rémunère pas, je fais en sorte de prendre en charge tous les frais. Et je travaille à commercialiser les photographies produites, moyennant le cas échéant, une indemnité… raisonnée. Et due assurément.

Comment faire plus simple ? Je n’ai pas la réponse.

Je regrette de renoncer à la vente d’un tirage qui – comble de la situation – me coûterait in fine. It’s stupid, isn’it ?

No winner this way.

Please let me try to understand. 2nd service.

+

secret story

17 juil

Je sais, je vous dois une révélation.

Quelle est l’idée de mon travail personnel que vous regardez régulièrement sur muXe ?

En fait, j’ai comme projet d’illustrer ma perception de la culture anglaise. Ni plus, ni moins.

Comment le français moyen (que je suis)  voit-il les incontournables symboles que l’Angleterre nous envoie ?

Je travaille beaucoup à repérer ces « spots », les sélectionner (tous n’ont pas la même pertinence), réfléchir à les « mettre en image » et, ensuite, rassembler les éléments pour réaliser les séries.

Un petit effort, je vous prie. Reprenez les séries 1 by 1. Chacune renvoie assurément à un symbole de cette culture.

Je pioche (pour l’exemple) : El puro ; l’image de Sir W.Churchill et son cigare est tellement évidente à notre esprit. J’ai voulu, pour répondre à l’élégance incontestable du costume et l’anatomie généreuse, mettre en scène un corps féminin élancé et nu.

Exemple 2. Cat Hotel. Je hais les chats. Vraiment. Il fallait pourtant rendre hommage au chat noir sans lequel l’Angleterre n’est pas. Vous connaissez désormais mon interprétation de cet élément clef outre-manche.

and so on…

4 nouvelles séries arrivent.

Je vous laisse ; je travaille déjà aux suivantes sans prétendre à l’exclusive, ni à l’exhaustive. Mais en toute sincérité.

A votre disposition pour échanger.

+

delayed

25 juin

On ne fait pas toujours ce que l’on veut.

La météo peu propice (assurément) pour l’une et l’évidence d’un projet de série inabouti dans l’idée (mea culpa) pour la seconde font que je n’ai finalement réalisé que 3 séries sur les 5 prévues.

Cependant, la 1ère est en ligne ; en l’absence d’une compétence de retoucheur, je peine à publier les 2 autres. Je lance donc, une fois encore, un appel à contribution en ce sens.

Je vous demande à nouveau – et j’en suis désolé, d’attendre ces publications à venir pour … dire.

Merci.

+

D days

05 juin

C’est finalement le WE prochain que je révèlerai le fil conducteur de mon projet : 5 séries en 4 jours. Cinq séries sans ambiguité qui m’amèneront à vous présenter officiellement la teneur de toute cette histoire que j’ai tâché de garder confidentielle jusque-là.

Je travaille à ces séries depuis plusieurs mois ; j’y mets toute mon énergie : définition des thèmes et en suivant, stylisme, casting, repérages, aso….

Là, je suis à bout. Je vais tout donner en espérant un résultat à la hauteur des différents investissements et de mon ambition.

Vous me direz ?

+

toute(s) muXe(s)

photography crowdsourcing